Joseph Gnonlonfoun à propos de l’utilité du médiateur de la République

Joseph Gnonlonfoun à propos de l’utilité du médiateur de la République

  • Politique
  • mai 16, 2021
  • Pas de commentaire
  • 35
  • 3 minutes de lecture
Db Medias
Site Web | Plus de publications
L’ancien médiateur de la République, Joseph Gnonlonfoun a dévoilé quelques indices montrant l’utilité de cette institution qu’il a géré ces dernières années. C’était au cours d’un entretien accordé, dimanche 16 Mai 2021 à une chaîne de télévision  de la place. Pour l’invité, le poste est non seulement utile mais aussi nécessaire.
Le rôle et l’utilité du médiateur de la République sont bien connus par la quasi-totalité des  populations béninoises. C’est l’essentiel a retenir des déclarations  du  successeur de Albert Tévoédjrè à la tête  l’institution. Pour ce dernier, nombreux sont les citoyens béninois qui ont fait recours à cette institution lorsqu’ils ont eu besoin d’elle. En témoigne les nombreuses  plaintes reçues selon l’ex dirigeant de cette institution, Joseph Gnonlonfoun.
En faisant un petit bilan, l’invité de E-Télé a fait savoir qu’en 2013, deux cent quinze (215) plaintes ont été reçues et en 2014, deux cent trente-six ( 236) Béninois l’ont saisi. En 2015, ils sont 238 personnes ayant des difficultés avec l’administration à trouver satisfaction. En 2016, ce nombre a été porté à 316 avant d’atteindre 473 en 2017, puis 557 en 2018. Le nombre record a été enregistré en 2019. 792  personnes ont recouru au Médiateur de la République. Cette dynamique ascendante aurait pu continuer si en 2020 la pandémie du Covid-19 n’était pas intervenue. Pour cette année, 635 plaintes ont été formulées.  Se basant sur ces » prouesses, l’ex Médiateur de la République, Joseph Gnonlonfoun, a confié que c’est par ignorance ou mauvaise foi que certains ne voient pas son utilité. « Les populations sentent la nécessité de cette institution. Quand vous n’êtes pas en difficulté avec l’administration, vous avez le sentiment que tout va bien. Mais ceux qui en ont, savent que c’est nécessaire. On n’est pas amorphe. On est dynamique. On n’est pas dans le mouvement. On est en mouvement et on a le mouvement. Nous ne prenons pas partie pour X ou Y. Nous prenons partie pour la paix, l’exemplarité et la concorde nationale. Ce n’est pas un organe politique. C’est une autorité administrative indépendante. 9/10 des Béninois savent que c’est nécessaire » a expliqué Joseph Gnonlonfoun.
Aimé AKEKE

Articles connexes

Bénin : Trois partis politiques reçoivent un financement de plus d’un milliard

Bénin : Trois partis politiques reçoivent un financement de…

Un milliard cinq cents millions (1.500.000.000) fcfa, représentant la moitié des fonds prévus pour l’année 2022. C’est le montant reçu par…
Bénin: En prison depuis plus d’un an, Rodrigue Kakaï Glèlè libéré

Bénin: En prison depuis plus d’un an, Rodrigue Kakaï…

Condamné à cinq ans d’emprisonnement ferme plus une amende de 50 millions de francs CFA dans une affaire de corruption au…
Bénin/Culte Vodoun Lissa : Franck Akplogan consacré dignitaire à Abomey-Calavi

Bénin/Culte Vodoun Lissa : Franck Akplogan consacré dignitaire à…

La famille des dignitaires du culte endogène Vodoun Lissa s’est agrandie dans la commune d’Abomey Calavi. Et pour cause, Franck Akplogan,…