La Zone Industrielle de Glo-Djigbé (GDIZ) abritera, dans les toutes prochaines années, la base de transformation des noix de cajou brutes en produit fini. Et pour preuve, deux des dix (10) usines de transformation de cette matière première à destination du marché national et international en cours d’installation seront bientôt fonctionnelles. Les huit (08) autres seront opérationnelles d’ici à 2024. Au cours d’une visite sur le site d’installation desdites usines, le Directeur général de la Société d’Investissements et de Promotion de l’industrie (Sipi-Bénin), Létondji Beheton a annoncé que deux des usines de transformation seront fonctionnelles d’ici au mois de septembre 2022. « Vous avez dû remarquer en venant ici qu’il y a certaines usines qui sont en cours de finition. Les deux premières usines seront opérationnelles fin août ou au plus tard début septembre 2022. Chacune de ces usines va transformer à peu près 32 000 tonnes. L’objectif est que d’ici, deux ans, nous transformions toute la production de noix de cajou au Bénin » a-t-il fait savoir.  Au cours de son allocation, Létondji Beheton a également fait savoir que 65 000 tonnes de noix de cajou brutes sont déjà disponibles et le gouvernement envisage acheter 160 000 tonnes. Pour rappel, le gouvernement de la rupture avait adopté en mars dernier un décret interdisant l’exportation des noix de cajou du pays à compter d’avril 2024.

 

 

 

Plus de publications

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *