L’armée malienne et des « soldats blancs » ont été accusés par l’ONU d’être impliqués dans la mort de 33 civils, dont 29 Mauritaniens et 4 Maliens, en mars dernier au Mali. D’après un rapport du Groupe d’experts de l’ONU transmis fin juillet au Conseil de sécurité et rendu publique le vendredi 05 août 2022, les corps des civils disparus ont été retrouvés à quelques kilomètres du village de Robinet El Ataye dans la région de Ségou, où des « soldats blancs », et des militaires maliens avaient arrêté, ligoté, battu et emmené 33 hommes. Selon un diplomate à New York, ces « soldats blancs » sont des paramilitaires du groupe Wagner. Bamako rejette toute accusation allant à l’encontre de son armée, en réfute la présence de mercenaires sur son territoire, pendant que Moscou affirme n’avoir rien à voir avec cette société présente au Mali sur une « base commerciale ». Les deux pays ont ouvert une enquête conjointe.

 

Plus de publications

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *