Abomey-Calavi : Trois garçons abusent sexuellement d’une fille

Abomey-Calavi : Trois garçons abusent sexuellement d’une fille

  • Société
  • septembre 9, 2021
  • Pas de commentaire
  • 39
  • 3 minutes de lecture
Db Medias
Site Web | Plus de publications

Âgée de 15 ans, une jeune élève s’est fait violer à Agori, quartier où résident ses parents dans la commune d’Abomey-Calavi, par des jeunes garçons de la même tranche d’âge. La scène s’est produite le lundi 23 août 2021, aux environs de 14 Heures. Suite aux démarches de l’Organisation Non Gouvernementale Famille-Nutrition-Développement, qui a été saisie, après une plainte déposée à la Police par les parents de la victime, deux des mises en causes ont été arrêté et un troisième actuellement en fuite.

Lire ci-dessous le déroulement des faits présenté par la présidente de l’ONG FND, Héléna CAPO-CHICHI

Carnet noir : Le journaliste William Gnihatin n’est plus

 

Le récit du viol collectif raconté par la présidente de l’ONG FND, Héléna CAPO-CHICHI

« Le lundi 23 août 2021, vers 14 Heures une jeune élève âgée de 15 ans, était chez ses parents au quartier Agori d’Abomey-Calavi quand un jeune homme, âgé de 15 ans, apprenti électricien bâtiment habitant le même quartier, envoya sa sœur l’appeler. La jeune fille déclina l’invitation et quelque temps plus tard, alors qu’elle allait faire une commission en passant devant le portail de la maison des parents du jeune, ce dernier l’intercepta fit appel à l’un de ses cousins, âgé de 17 ans, qui était à l’intérieur de la concession. Ils firent entrer de force la petite. Ils l’enfermèrent dans une chambre avec l’apprenti électricien qui la terrassa sur le lit et abusa d’elle. Quand il constata qu’elle saignait, il s’éleva et ses frères ouvrirent la porte pour faire entrer le cousin qui va abuser d’elle à son tour avec l’aide d’un deuxième cousin qui gardait les pieds de la jeune fille. Les cris de cette dernière alertèrent un autre de leurs frères qui vint la délivrer. Rentrée chez elle, elle n’a rien dit à ses parents de peur d’être réprimandée et frappée. Trois (03) jours après alors qu’elle balayait la devanture de leur maison en compagnie d’une de ses cousines, elle vit ses agresseurs passer et ceux-ci se sont mis à ricaner aux grands éclats. Leur comportement intrigua un colocataire qui était avec elles en ce moment et celui-ci demanda aux filles ce qui n’allait pas. C’est alors qu’offusquée, la jeune fille prit la résolution de tout narrer au monsieur ».

Articles connexes

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.