Vindicte populaire à Parakou:Les témoignages du frère de la victime

Vindicte populaire à Parakou:Les témoignages du frère de la victime

  • Société
  • novembre 1, 2021
  • 1 Comment
  • 21
  • 3 minutes de lecture
Db Medias
Site Web | Plus de publications
Les témoignages se succèdent au sujet de l’étudiant ayant été victime d’une vindicte populaire à Parakou. Cette fois ci, c’est son grand  frère Michel Dogo qui a raconté à Frissons Radio, les circonstances du meurtre de son jeune frère Éloi Dogo.  Tout en espérant que justice soit rendue, il a déploré le sort subi par son petit frère.  D’après les témoignages de Michel Dogo, tout a commencé  « dans la  nuit du mercredi 20  au jeudi 21  octobre  aux environs de 4 heures  du matin  quand  deux individus mal intentionnés  avaient voulu braquer  un monsieur  qui a crié au secours  et les deux individus ont fui  laissant sur les lieux leur moto. La police est venue chercher la moto ». Dans l’interview accordée à Frissons Radio, le frère de la victime faisait comprendre qu’« autour de 7 heures,   son  jeune frère  se rendait  au service  et il a pris par les lieux  où quelques heures plutôt, les hors la loi avaient  abandonné leur moto pour s’enfuir. Les auteurs de cette vindicte populaire à en croire les déclarations du frère de la victime se sont dits  « que certainement, ce serait un des délinquants qui serait revenu chercher la moto » Alors que, « la moto n’y était plus » soutient ce dernier.
Surpris, le jeune Éloi Dogo  a demandé selon toujours son frère à être fouillé. «  Ils l’ont fouillé et  ils ont trouvé seulement  un billet de 2000 f sur lui et son portable. Il a dit appelez alors mon grand frère  pour qu’il vienne. Ils ont dit  non. Appelez  mon patron de service, ils ont dit non. Appelez la police, ils ont dit non. C’est ainsi qu’ils ont commencé par  le taper. Ce crime a duré  au moins 2 heures  et c’était sur une voix  inter-État  où il y a la police  où il y a assez d’infrastructures. C’est désolant ! » a-t-il conclu.  À noter que dans cette affaire trois personnes ont déjà été interpelées dont deux sont placées en détention provisoire. Il s’agit du chef quartier de Gbira et un conducteur de taxi moto.

Articles connexes

Projet asphalatage au Bénin : Les caractéristiques de la 2ème phase

Projet asphalatage au Bénin : Les caractéristiques de la…

Cotonou, Abomey-Calavi , Parakou, Porto-Novo, Kandi et Djougou.  Voilà ainsi présentée les six communes du Bénin qui bénéficieront de la deuxième…
Bénin/Parakou : Quatre femmes foudroyées dont une décédée

Bénin/Parakou : Quatre femmes foudroyées dont une décédée

Une jeune dame, la trentaine environ, est passée de vie à trépas, sous le coup de la foudre. Le drame s’est…
Bénin/Parakou  : Un jeune en cavale avec la  caisse de son patron 

Bénin/Parakou  : Un jeune en cavale avec la  caisse…

Un jeune homme travaillant dans un stand de transfert d’argent  dans la cité des Kobourou est porté disparu  depuis le lundi…

1 Comments

  • Malgré les efforts fournis par le gouvernement actuel pour éradiquer les désordres, certains, hors la loi, continuent leurs sal besognes. Sinon pourquoi poignardé une petit enfant ? Ce que je sais,ce gouvernement du président Patrice TALON ne sera pas fatigué de redoubler d\’efforts pour taper fort les criminels. Tout rentrera dans l\’ordre par la grâce de l\’Eternel.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.