Dans le souci de défendre la Russie, des femmes suivent une formation au combat en Sibérie occidentale. Ces femmes qui sont formées par des instructeurs revenus du front, s’exercent à la médecine de guerre et au maniement des armes, trois fois par semaine. « Je pense que le danger se rapproche d’ici. Nous aussi, on pourrait se retrouver dans une zone dangereuse » a déclaré l’une de ces femmes dans un reportage réalisé par le média français TF1. Ces précautions que prennent les Russes montrent que leur pays est sur le qui-vive plus d’un an après le début du conflit. Notons qu’à Bakhmout, l’épicentre des combats entre les deux armées, la situation reste toujours confuse.
—————————————–
Luc Roland Dansou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *