Revirement de situation entre l’actuel chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara et son prédécesseur Laurent Gbagbo. Sous le coup d’une peine de vingt ans de prison dans son pays à la suite de la crise post-électorale de 2010-2011, Gbagbo a refusé la grâce présidentielle à lui octroyée samedi 7 août dernier par son rival Ouattara. « Un faux pas vers la réconciliation », selon Radio France Internationale. « Dans le souci de renforcer la cohésion sociale, j’ai signé un décret accordant la grâce présidentielle à M. Laurent Gbagbo » annonçait Alassane Ouattara la veille du 62e anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire. À noter qu’un média proche de l’ancien président avait qualifié ce mardi 09 août 2022, cette grâce de « fausse route », et dénonce « une absence criante et injustifiée de volonté à aller résolument à la réconciliation ».

Diplomatie : Les flèches de Emmanuel Macron à l’encontre de Vladimir Poutine

 

Plus de publications

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *