Dans le cadre des études de faisabilité des paquets de solutions retenues pour le projet d’aménagement et la réhabilitation du lac Nokoué et la lagune de Porto-Novo, un atelier sur les aspects institutionnels s’est tenu mardi 21 juin 2022 à Bénin Royal Hôtel de Cotonou. Cet atelier a réuni des experts du secteur de l’environnement et de la protection des ressources naturelles et a permis de recueillir les informations nécessaires pour les conditions et mesures institutionnelles qui devraient accompagner les travaux proposés pour en faire un succès dans les phases de conception, d’approche des marchés, de réalisation physique et d’opération durable.

Le Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable (MCVDD) à travers l’Agence pour le Développement intégré du Lac Ahémé et de ses Chenaux (ADELAC), conduit depuis décembre 2021, des études pour la formulation d’un projet d’aménagement et la réhabilitation du lac Nokoué et la lagune de Porto-Novo. Le bureau d’étude néerlandais Royal HaskoningDHV, en consortium avec les bureaux COWI et NETICS, sont les structures retenues suite à un appel d’offre, pour formuler des différentes options du projet. C’est à cet effet qu’un atelier institutionnel s’est tenu mardi 21 juin 2022 à Bénin Royal Hôtel de Cotonou. L’objectif a été d’obtenir l’avis des experts venus de diverses structures publiques opérants dans le secteur de l’environnement et des ressources naturelles, sur les aspects institutionnels pour les trois paquets de solutions précédemment retenues après les différentes concertations avec les parties prenantes. Ces trois paquets de solutions se déclinent comme suit : le développement du transport fluvial, l’aménagement des berges et enfin le développement de la pêche et de l’aquaculture intégrant les zones protégées. Une présentation récapitulative du processus suivi et les informations sur les mesures proposées dans les trois paquets a été le tremplin mis par la structure néerlandaise pour orienter les travaux des experts. Ainsi, ces experts se sont organisés en deux groupes de travail afin de proposer la palette d’acteurs responsables dans la conception et l’opérationnalisation de ce projet, ainsi que les mesures d’accompagnement, les modes et sources de financement et les conditions pour l’approche des marchés.


Dans ses propos, Erik ZIKTERMAN, Chef de mission de l’équipe de consultants, a témoigné de l’importance de la tenue de cet atelier et de la pertinence des résultats des travaux des experts. Il a également assuré que la structure néerlandaise fera son rapport et que les résultats issus des travaux des experts seront d’une grande utilité pour la concrétisation des objectifs visés par le projet. Il faut le notifier, la structure consultante ne prendra pas de décision ; elle se charge de mener les études et de présenter les résultats au comité de pilotage du projet tout en faisant des recommandations. Ledit comité de pilotage est composé de divers représentants des ministères de l’État béninois. Pour Erik ZIKTERMAN, développer le transport fluvial au Bénin serait chose intéressante. Il s’agira d’aménager des embarcadères, de creuser des chenaux pour que, par exemple, les populations de Cotonou puissent se rendre à Abomey Calavi (et vice-versa) en un temps réduit en évitant les embouteillages de la voie terrestre. Le consultant ajoute que le transport fluvial est très important pour l’acheminement des marchandises avec le Nigeria et représente une opportunité de marché pour le secteur privé. L’ADELAC, l’agence en charge d’exécution des travaux, de la coordination et de la mise en œuvre des activités, participe activement aux différentes étapes du processus. Christian Comlan VIAHO, Directeur Technique en charge de la promotion de l’économie bleue à ADELAC a laissé entendre que ces différents échanges du processus aboutiront certainement à la mise en place d’une plateforme qui va intégrer les structures étatiques, les ONG, les populations à la base, les mairies et les partenaires techniques et financiers pour que le projet soit mis en œuvre. Cette activité est une composante de l’étape 2 du projet. Cette étape fera place à la troisième qui va consister en la transcription des options du paquet de solutions retenu, en dossier d’appel d’offre.

dbmedias
Plus de publications

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *