La commune d’Allada qui peinait, il y a quelques années, à connaître le chemin du développement est désormais sur une bonne voie. C’est le constat fait par plusieurs personnes vivant dans cette commune après l’installation du maire Joseph Cakpo le 6 juin 2020. Comme un seul homme, l’édile de la cité d’Adjahouto et son conseil communal se sont engagés à révéler les potentialités de cette commune qui regorge tant d’histoire. À travers une descente sur le terrain, DBMEDIAS fait un retour sur le bilan des innovations opérées dans ladite commune
Carrefour Allada
L’éducation et la santé, deux secteurs prioritaires dans le développement d’une nation ont été les grandes priorités dans la commune d’Allada à l’avènement du maire Joseph Cakpo. Soucieux de la bonne santé des populations et d’une instruction digne du nom à l’endroit des fils d’Allada, le conseil communal a financé la construction des bâtiments des centres de santé d’arrondissement, la réfection des bâtiments vétustes, la construction des clôtures des écoles et collèges après seulement une année de gestion. « Au moins six (6) écoles et en plus du collège d’enseignement général CEG1 d’Allada sont clôturés, des hangars sont faits et d’autres sont réfectionnés sur des fonds propres de la commune » a confié le maire Cakpo à DBMEDIAS. Pour le bien-être des bonnes dames du marché central de la ville, des hangars modernes et durables ont été construits et livrés à temps en vue de rendre accessible les produits vivriers et de rente aux populations. Des réalisations qui ont permis aux usagers du marché de pousser un ouf de soulagement.
Résidence, Maire Allada
« Le maire Cakpo est à encourager. Nous n’avons jamais su que nous aurons ces hangars dans le marché d’Allada » a déclaré Julienne Metokin, commerçante dans ledit marché. « Ces nouveaux hangars construis nous permettent de sécuriser nos vivres et d’être toujours au marché. Le maire est un homme de parole » a ajouté Clémentine Zannou, revendeuse de céréales depuis environs une décennie. Tout en félicitant, le conseil communal, Viviane Zinvoedo formule des doléances à l’endroit du maire, surtout pour la sécurité des personnes et des biens « Nous n’avons pas de lumière, pas d’agents de sécurité. Nous sommes inquiètes. Donnez-nous la lumière et nous allons payer » a-t-elle déclaré. Face à ces défis à relever dans bien d’autres domaines, le maire confie qu’il continue d’œuvrer en collaboration avec son conseil communal pour un mieux-être de la population. « Je fais bien la différence entre querelle politique et développement communal » a conclu Joseph Cakpo. Espérons vivement que la ville qui abrite la préfecture du département de l’Atlantique continue sa métamorphose pour le bonheur des populations.
Plus de publications

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *