Une jeune fille âgée de 12 ans enceinte a fugué du domicile parental dans la commune d’Abomey- Calavi. Elle reste introuvable depuis le 23 septembre 2021, date de sa fuite de la maison de  ses parents. La Présidente de l’ONG FND, Helena Capo-Chichi raconte qu’elle avait reçue la visite  aux environs de 21 h 40 d’une adolescente d’environ 11 ans  qui était venue chez elle  pour lui  demander de la nourriture. C’était en mai 2021. La jeune fille  servait comme argument que « sa maman était malade et que son père n’était pas présent ». À sa demande, la Présidente lui avait ordonné  d’aller dire à sa mère de prendre un taxi moto et de venir la  voir elle-même pour prendre des vivres et qu’elle allait aussi assurer son transport.  Avant son départ, Helena Capo-Chichi informe avoir pris une photo avec elle et a noté  le contact téléphonique de sa mère.

 

Les jours suivants, La Présidente de l’ONG FND soutient avoir  contacté la mère trois fois de suite pour lui demander de passer la  voir au bureau avec la petite, sans succès.  Le 07 septembre 2021,  la Présidente nous apprend qu’elle avait été  sollicitée par le commissariat de la localité où elle réside  pour venir s’entretenir avec une mineure enceinte qui refusait de donner des détails sur l’auteur de sa grossesse. Une fois sur  les lieux et à l’entrée du commissariat, Helena Capo-Chichi s’est rendue compte que c’était la fille qu’elle avait rencontré auparavant et qui était accompagnée de sa mère. Au terme de son entretien avec la fille et sa maman, il se révèle que le maitre d’école de cette fille âgée de 11 ans la rentrée écoulée et élève en classe de CM2, avait abusé d’elle en mai 2021 et séjourne présentement à la Prison civile d’Abomey-Calavi. Les parents de la petite fille étaient en de bon terme avec ledit enseignant qui sollicitait la petite pour lui faire la lessive.

Bénin : Des faux fonctionnaires de l’Etat arrêtés à Tchaourou

Selon les déclarations de la maman, la petite fille avait l’habitude de fuguer régulièrement. Il lui arrivait même de passer plus de 10 jours dehors sans qu’ils sachent réellement où elle va vivre. Elle fut retrouvée il y a quelques mois par les éléments de la police aux environs de 03 heures du matin à Calavi. En répondant aux questions d’Helena Capo-Chichi, la fille confiait  qu’elle   avait quitté la plage de Fidjrossè cette nuit-là, où elle avait déjà passée 11 nuits. Elle était conduite là-bas par un homme inconnu qui l’avait laissée sous les paillotes après avoir abusé d’elle. Elle a séjourné là pendant des jours avec d’autres hommes qui venaient la courtiser. Elle se rendait à la maison quand un homme a garé son véhicule et lui a proposé de la déposer. Arrivée à l’un des carrefours d’Akassato, il avait dévié dans une rue obscure, avait garé le véhicule et avait abusé d’elle sans se protéger. Il l’avait laissé toute seule après lui avoir remis une somme de 500 CFA

En juin dernier, la même fille avait été retrouvée par un proche de sa famille dans la nuit profonde avec une cigarette à la main. Depuis quelques semaines, sa mère ayant observé des changements sur son corps s’est mise à lui poser des questions. Elle avait nié à maintes reprises qu’elle était enceinte. Elle est devenue très hystérique depuis ce jour et menace de se suicider à moindre reproche. La mère s’était introduite discrètement dans la douche pendant qu’elle se lavait et a constaté qu’elle était vraiment enceinte. C’est ainsi qu’elle acheta un test de grossesse qui s’est révélé positif après usage. Toute tentative pour connaitre l’auteur était vaine. La petite fille a gardé un grand silence et menace les parents de se suicider s’ils continuaient à la harceler de questions. Ceux-ci ont dû garder le silence jusqu’à ce que le 07 septembre 2021, ils la surprennent avec des comprimés qu’elle voulait avaler pour se suicider.

2,5 tonnes de drogue saisis au Bénin:L’analyse de Wilfried Houngbédji

Dépassée, la mère l’a conduite au commissariat. C’est ainsi qu’elle a avoué fréquenté depuis quelques semaines, un agent commercial de station pétrolière de la place avec qui, elle entretien des relations sexuelles et qui serait l’auteur de sa grossesse. Le commissariat  a pris des dispositions pour appréhender le mis en cause qui a reconnu avoir eu des relations intimes avec elle sans se protéger. Les parents du mis en cause sont entrés en contact avec ceux de la victime et leur auraient donné une somme de 20 000FCFA.  Les parents de la fille au regard de leur situation de précarité sont venus plaider pour que le mis en cause soit libéré après avoir reconnu officiellement la grossesse et pris l’engagement de donner une pension alimentaire.

 

Le commissariat a délivré à la victime une réquisition pour l’obtention du certificat médical. Elle a été orientée par l’ONG FND vers le CPS et le médecin chef de la commune d’Abomey-calavi. Le mis en cause a été présenté au procureur de la République le 14 septembre 2021. La victime et ses parents étaient absents à l’interrogatoire devant le procureur. Ces derniers souhaitent que le mis en cause soit libéré afin de subvenir aux besoins de la fille et de l’enfant à naître. Le mis en cause a été donc  libéré et mis sous convocation. « Le 26 septembre dernier, la mère de la victime m’appelle pour m’informer que les parents du mis en cause depuis la libération de leur fils n’ont pas tenu à leurs engagements et ne décrochent plus leurs appels, de même que le mis en cause. Aussi,  la fille elle-même a quitté la maison depuis le 23 septembre et reste introuvable. » raconte la responsable de l’ONG FND.

 

dbmedias
Plus de publications
One thought on “Abomey-Calavi: Une fille de 12 ans enceinte est en cavale”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *